Sur l’aventure

L’aventure part d’une idée, quelque chose d’un peu trop grand pour nos capacités actuelles mais que l’on sent possible. Pour ma traversée du parc de la Gaspésie ça commencé lorsque j’ai acheté ma carte en 2013 et pour mon marathon quand je me suis dit que je voulais relever ce défi avant mon voyage sur l’appalachian trail.

L’idée devient réelle lorsque l’on se fait un plan, l’automne passé j’ai griffonné les étapes de ma randonnée Gaspésienne sur un bout de papier, cet hiver je me suis fait un plan d’entraînement pour mon marathon. Dans les deux cas je ne savais pas si ce que je planifiais était réalisable, mais j’avais un chemin à suivre. Mon plan d’entraînement je l’ai fait selon ce que j’ai lu sur internet et une bonne dose d’intuition, car personne ne parle de comment placer une rando de deux semaines au milieu de son programme…

L’aventure c’est aller vers l’inconnu, vivre un pas en dehors de sa zone de confort, ça change selon ses capacités, ce qui en est une pour moi ne l’est pas nécessairement pour un autre, ce qui en est une aujourd’hui ne l’est pas nécessairement pour le futur et vice-versa.

La prochaine étape est de s’engager à rendre la chose réelle, faire ses réservations, s’inscrire pour sa course, demander sa sabbatique. Ensuite l’on se prépare, petit à petit en sachant fort bien que lorsque le moment sera venu il y aura quand même une part d’improvisation, une part d’inconnu. Et puis on la vit, l’on surmonte les obstacles, l’on se rend au bout de son projet et l’on en tire ses propres conclusions.

Après avoir vécu l’aventure, l’on peut propulser de nouveaux rêves avec l’expérience acquise. Après l’aventure, l’on sait que l’on peut accomplir tout ce que l’on imagine et c’est de cette manière que l’on trace son chemin dans la vie!